Revenir à l'accueil ou voir la liste de tous les posts

lundi 26 mars 2007

Pèlerinage Shikoku - Kagawa-ken

Accès rapide
Intro
 徳島県 (J1-J2)  高知県 (J3-J6)  愛媛県 (J7-J9)  香川県 (J10-J12) 



Jour 10 (T65 à T70, 104 km)




Départ à 6h30 et direction T65, 三角寺, Sankaku-ji. Puis 30 km pour rejoindre le premier temple de la préfecture de 香川, le T66, 雲辺寺, Unpen-ji, mais pas n'importe quels kilomètres. La route devient de plus en plus petite et les indications de la carte imprécises. Ce temple est un peu plus reculé dans les montagnes. A la sortie d'un tunnel sur une arête, je me retrouve face à 2 routes qui descendent, sans aucune indication. Pour éviter d'avoir à remonter des kilomètres descendus en un clin d'œil par erreur, je fais appel au GPS du portable, super pratique et précis pour trouver le bon chemin. J'ai aussi utilisé pas mal la météo, le checkage de mails ou encore Google, ce qui fait que les 2000 yens qui ont disparu de la facture d'électricité pendant mon absence se sont retrouvés sur la facture de AU l'operateur téléphonique. J'ai pas encore essayé mais je peux aussi y télécharger une appli, et utiliser mon portable comme télécommande pour la télé avec le port infrarouge. Mais il est suffisamment bas-de-gamme pour que je ne puisse pas payer mes achats avec. Je continue donc ma route avec les indications du chemin piéton qui est confondu. C'est d'ailleurs plutôt un chemin piéton, car même si y'a du goudron (ou des fois pas), pendant 15 km je n'ai croisé qu'une seule voiture pour 3 pèlerins à pied. Encore une fois, le temple est situé au sommet, au-delà des relais de télécommunications. Unpen-ji est le temple le plus haut du circuit, après 911 mètres de montée, et devant T12 (800m) et T60 (700m), mais je l'inclus pas dans le classement des chieurs car une grande partie est faisable assis sur le vélo, et le chemin sur l'arête offre une belle vue de Shikoku, coté intérieur et coté mer. Il y a encore un peu de neige aux alentours du temple, et un ropeway si on veut pas se fatiguer. Puis s'enchaîne une bien longue descente jusqu'au T66, 大興寺, Daiko-ji, où j'arrive en même temps qu'un bus. Pendant que les 遍路 descendent tranquillement, un membre du staff cours devant avec 2 énormes sacs remplis de 納経帳, le carnet à tampons, pour les faire signer.




T65, 三角寺, Sankaku-ji



Entre T64 et T65. On trouve ce genre de panneau tout au long du 遍路の道 dans les campagnes



T66, 雲辺寺, Unpen-ji





Le 手水舎 de 雲辺寺 est gelé



Je fais le T70 avant T68 et T69 pour m'écarter du chemin "officiel" et longer la mer intérieure pour le coucher de soleil. Mais je me perds et je vais presque au bout de la corne qu'on peut remarquer sur la carte. Après un régime de bananes je me rends à la 道の駅 pour camper. Il faisait bien froid et les WC handicapés étaient déjà occupés, mais je trouve un local a coté d'attractions avec même des coussins, où j'ai bien dormi malgré les hurlements de chiens abandonnés.

T70, 本山寺, Motoyama-ji



T68, 神恵院, Jinne-in, un des 2 temples qui ne se finissent pas en -ji. Il est enfermé dans une structure en béton moche



Le long de la mer intérieure



津嶋神社, le sanctuaire Tsushima, qui n'ouvre que les 4 et 5 août chaque année





Jour 11 (T71 à T83, 68 km)




A 6h, je descends de mon abri et je tombe face à 2 歩き遍路. On était en fait au moins 4 à dormir dans la même zone. L'un d'eux, qui a perdu son anglais de 留学生 me paye un café, il vient aussi de Toyota, Aichi-ken. Peu après le T71, 弥谷寺, Iyadani-ji, dont les bâtiments sont dispersés sur le flanc de la montagne, je m'arrête au premier endroit pour manger le long de la route. Coup de chance, il s'agit d'un petit-déj 食べ放題 (buffet illimité) pour seulement 500 yens, avec sashimis, sushis, viande, et plein de trucs bons et chers. Je mange suffisamment pour ne pas pouvoir repartir directement, alors je marche pour faire T72 et T73, proches, pour digérer. Pour le suivant, j'ai le choix entre une route par la droite, une par la gauche, ou le chemin piéton bien plus direct tout droit. Je le tente, mais il s'avère être rempli d'escaliers, contrairement à ce qu'on venait de me dire, et je perds un temps fou. J'entre dans la périphérie de Takamatsu, ville jumelée avec St Petersburg en Floride, où l'air pollué me rappelle vite que j'étais bien dans la campagne. Après une quinzaine de kilomètres dans les rues et les voitures, j'arrive au dernier temple de la journée, le T83, 一宮寺, Ichinomiya-ji, qui est bien placé juste à coté d'un onsen. Mais avant de m'asseoir dans les bains de jets, je vais manger des udon, spécialité de la préfecture. D'ailleurs sur la plupart des enseignes dans les rues de Takamatsu il y a écrit "udon", ou 讃岐うどん, de l'ancien nom de la préfecture, Sanuki.



T71, 弥谷寺, Iyadani-ji



T75, 善通寺, Zentsu-ji, importante place pour la secte Shingon car 弘法大師 y est né




T78, 郷照寺, Gosho-ji



T80, 國分寺, Kokubun-ji



Près du T82, 根香寺, Negoro-ji, un démon



Le soleil se couche sur Takamatsu et le T83, 一宮寺, Ichinomiya-ji




Jour 12 (T84 à T01, 99 km)




Voilà qui est censé être mon dernier jour du pèlerinage. Je fonce vers le T84, 屋島寺, Yashima-ji, situé sur une petite excroissance de Shikoku, mais je suis stoppé 4 km avant le temple par un péage, c'est une route que les vélos ne peuvent pas emprunter. Il faut prendre le chemin des escaliers que je fais en footing, et où je rejoins au sommet un 歩き遍路 qui me demande de deviner son âge, il avait 76 ans. Puis au T85, 八栗寺, Yakuri-ji, les bus s'arrêtent au départ du ropeway, mais je peux continuer jusqu'au temple en vélo.


T84,
屋島寺, Yashima-ji


T85,
八栗寺, Yakuri-ji


La pagode du T86, 志度寺, Shido-ji



Dans les villes, les temples du chemin de pèlerinage sont indiqués par ces bornes :


Je me dirige peu à peu vers l'ultime T88, 大窪寺, Okubo-ji, auquel plusieurs routes mènent. Je choisis la plus courte, qui est aussi extrêmement raide. Je me retrouve tout en haut d'une montagne que je dois redescendre un peu, en faisant la course avec une mobylette, jusqu'au temple. Je suis surpris car je viens du petit chemin et j'arrive d'un coup sur une énorme route toute neuve, avec des restaurants, hôtels, magasins, qui entourent 大窪寺. J'y mange encore des udon, je me fais offrir 3 onigiris, et je fonce vers le T1 en espérant prendre le train et rentrer à Kyoto le jour même. Mais le vent me ralentit beaucoup et j'arrive tard à Bando, pour confondre mon arrivée avec mon point de départ. Comme tout au long du parcours je me sers encore du Lawson pour chercher un onsen proche dans la revue des onsen de Shikoku, il y en a un juste à 6km. Je m'en suis beaucoup servi aussi pour les cartes détaillées de la région pour pallier au manque de précision de ma carte embarquée. Après l'onsen je vais dormir à la 道の駅 de Bando.




Au sommet de 女体山, on peut aperçevoir les îles de la mer intérieure baignant dans la brume



T88, 大窪寺, Okubo-ji, le dernier temple, ou plutôt un des 88 temples ...



Epilogue

Je retourne une dernière fois au 1er temple, 霊山寺, rempli de pèlerins qui commencent leur voyage. Je démonte et ficelle mon vélo, la "valise" tient mieux et parait plus légère au retour qu'a l'aller. Je réutilise un coupon du S18K pour rentrer par le train, où jusqu'à Takamatsu je passe par les mêmes coins que je connais pour y avoir été la veille. Le temps est moche pour le retour, mais finalement il n'aura plus qu'un seul des 12 jours pour boucler les 1300 km de vélo du 四国八十八ヶ所巡り。



Des WC tout propres, qui sentent bon, équipés d'un lit, d'eau chaude, et d'une cuvette chauffante, avec douchette, et bouton pour imiter le bruit de la chasse d'eau pour cacher ses propres bruits. Ca dure 25 secondes et le son est pourri, mais j'ai pas cherché à trouver les haut-parleurs ...


Au Japon on peut trouver tout ce qu'on veut en distributeurs. Ici, des oeufs


Sans faire chaud, en mars, j'ai quand même bronzé, mais juste du visage et des métacarpes



Je suis donc bien à Kyoto le 26 mars pour la réunion d'information sur le déroulement du master, la rentrée sera le 6 avril. D'ici là je me réhabitue à un mode de vie sédentaire.



Accès rapide
Intro
 徳島県 (J1-J2)  高知県 (J3-J6)  愛媛県 (J7-J9)  香川県 (J10-J12) 

4 commentaires:

Martine a dit…

JE PARS EN SEPTEMBRE 2008 POUR FAIRE LE PELERINAGE A PIED. Merci pour vos renseignements

Anonyme a dit…

Bravo pour votre blog.
Je souhaite aussi faire shikoku en vélo. Vos commentaires sont intéressants. J'ai qielques questions a vous posez:
-ou peut on acheter des cartes détaillés de l ile avec toutes les routes et chemins? Il y en a en anglais ?
- Est ce possible de louer un vélo au premier temple, de faire le périple et le rapporter a la fin ?
- Hormis le bonheur d'avoir rencontré des gens pour dormir, comment passiez vous les nuits ? Cela ne doit pas etre facile avec une tente ? Car il ya de la montagne.
- Est ce une contrainte d avoir un vélo pour accéder aux temples ? Vous deviez laisser votre vélo au début des montées vers les temples? Et deviez chercher votre vélo au point de départ, alors que les marcheurs, doivent continuer apres la visite des temples, par d'autres chemins menant au prochains temples au départ du temple visité?
- Votre rythme a vélo au quotidien était élevé ?
- Avez vous des guides ou livres, URL a conseiller pour préparer le voyage ?

Mon email pour vos réposnes:
lolansensei@yahoo.fr

Cordialement,

Lolan

vincent a dit…

Merci our le blog qui est une mine d'information et qui fait rêver,

Je suis moi même étudiant au japon cette année et je souhaite faire Shikoku en vélo et ma principale question concerne le point de départ.
Habitant Fukuoka, l'accès le plus simple à l'île de Shikoku ce fait par bateau Kita-Kyushu Matsuyama.
Ce qui me fait commencer le pèlerinage en cour de route au temple 52.
D'après ton expérience, est-ce faisable? Pourrais-je trouver dans ce temple, la veste blanche et l'indispensable livre de cartes?
Un autre point qui ma marqué dans ton récit, concerne l'aces au temple 12 où tu remercie "la carte détaillée".
Pour m'être déjà perdu dans la montagne japonaise, aurai-tu la référence de cette carte afin que je puisse me la procurer?

Merci beaucoup de ta réponses et bravo pour ce magnifique voyage.

Vincent VERGNE

Vincent.vergne@gmail.com

Flo a dit…

Bonjour et félicitation pour votre blog et votre pèlerinage.

Après avoir fait celui de st-jacques de Compostelle en 2006 je souhaiterais maintenant me lancer dans l'aventure de Shikoku mais problème, je ne parle pas japonais...est-ce un insurmontable ou est-il de possible de communiquer en anglais?
Merci pour votre réponse et encore bravo!

florent.liardet@unil.ch