Revenir à l'accueil ou voir la liste de tous les posts

dimanche 11 juin 2006

Journée à Nagasaki

Aujourd'hui (i.e. mon week-end), on est allé avec Matsushima-san et Moriuchi-san (et sa voiture carrée) à Nagasaki, la grande ville de 400.000 hab, à 1h30 d'Oshima. En y voyant tous les magasins je me rends compte qu'Oshima est vraiment une petite île presque perdue. On a longé la mer, c'était dommage que le temps soit très nuageux.
A part les 2 modèles de 206 que l'on a croisés, la plupart des voitures sont de marque japonaise, et la moitié sont toutes carrées, comme la Mitsubishi de Moriuchi-san. Etroites, hautes et carrées (voire ci-contre), donc à l'arrière j'avais suffisamment de place. Au Japon, les limites sont 60 km/h sur les common roads et 100 sur les highway, donc on n'a pas dépassé le 60 sur le trajet. C'était pas si mal, sinon la pauvre voiture (cheap car) se serait mise à vibrer. A mi parcours, on est passé devant une maison isolée de fan d'anime, avec des figurines taille réelle du nekobus, des sans-visages, et du bonhomme multibras de la chaufferie de "Sen to Chihiro". On a aussi fait coucou aux petites bestioles blanches de Monoke qui vibrent de la tête, perchées dans un arbre, a coté du gros chat de Totoro.

Peu avant Nagasaki, on s'est arrêté dans un grand magasin d'éléctronique. Que des appareils tout brillants, et peut-être superpuissants si j'avais pu lire les caractéristiques. Les appareils photos numériques vont de 20.000 à 40.000 yens (133 à 266 euros), mais avec plus de mégapixels qu'en France. Dans la zone jeux vidéos, la Game Boy micro, toute petite qu'avec le pouce on couvre tous les boutons (mais elle n'est pas nouvelle car déjà sortie en France), et des télés de démonstration d'un jeu de combat de coléoptères. Mais pas d'adaptateur de prises européennes (fiches rondes) pour prises japonaises (fiches carrées)(finalement on en trouvera nulle part). Dans le parking (et c'est pas le seul), il y a un employé qui fait la circulation. Il a aussi bien plus de vendeurs dans les magasins qu'en France.

Nous sommes ensuite allés dans le Chinatown de Nagasaki, joliment décoré. On est allé manger un Champô (bol de pâtes et de légumes, spécialité de Nagasaki) dans un restaurant classe. En arrivant, on se déchausse avant de rejoindre sur les tatamis une table ronde qui tourne. Le style traditionnel était très joli, les petits enfants japonais sont rigolos, et la serveuse prend la commande sur carnet électronique. On s'assit par terre, du coup en me relevant à la fin du repas, j'avais une jambe non fonctionnelle qui a failli me faire tomber. J'avais pris le ichiban big size bol, qui est largement suffisant pour toute la journée. On est ensuite allé faire du shopping au shopping center, ou j'ai enfin vu un makudonarudo (ne pas prononcer les U)(et y'en a aussi plein partout). Je me suis trouvé, dans un des fameux magasins à 100 yens (0,7 €) sur 4 étages, des trucs courants comme parapluie, piles, cintres …

Dans les distributeurs de boissons fraiches présents partout (même au sommet de la montagne d'Oshima qui doit voir au maximum 3 personnes par jour), on trouve en gros ¼ de thé, ¼ d'eau, ¼ de jus de fruits et ¼ de mêmes trucs pétillants qu'on connaît.



Sur le chemin du retour, on passe par une autre grande surface, où la zone nourriture comprend beaucoup de trucs secs, même des petits poissons à la manière de raisins secs (c'est pas pour manger comme les raisins secs, mais pour mettre dans la soupe). Les chaussures Nike/Adidas sont pas chères du tout, mais je m'y suis pas attardé. On s'arrête aussi dans un grand shop de trucs d'entertainment, i.e. des rayons de manga, de CD et de DVD. Je suis encore tombé sans faire exprès sur un visage familier, un DVD de Korikki (fameux comique qui chante aussi ici le fameux Night of Fire de mercredi dernier : http://video.google.com/videoplay?docid=426566504844044258). Pour les news, Daniel Powter est N° 1 des chanteurs étrangers, parmi les Red Hot, Madonna, Sean Paul, Pink (et Daft Punk en positon 30). Je suis aussi passé devant une télé diffusant des extraits de Prison Break (la même musique, mais avec du japonais partout). Ils louent les épisodes à l'unité à 400 yens par jour. Le plus récent aujourd'hui était le 5ème.

A propos de visage familier, il y avait partout le même dans un magasin de téléphones portables. C'est en fait l'actrice de Densha Otoko (very famous aussi, à voir absolument ici = http://www.japan-world.net/v.3/japon/video/Densha-Otoko.htm) qui fait la pub pour KDDI (qui fabrique des portables).


En repassant devant la mer, il y avait une trentaine de surfeurs (en combi intégrale vu le temps) mais des toutes petites vagues.

Peu après notre arrivée au dormitori, on a rejoint Miyamoto-san pour regarder le foot avec du shôchû, et parler japonais avec moins de 30% d'anglais.

Je vais maintenant récupérer mon linge dans la machine. Heureusement qu'il y avait quelqu'un en même temps que moi pour m'expliquer le fonctionnement (après que j'ai mis de la lessive dans le distributeur d'eau de javel).

1 commentaire:

Aymeric a dit…

Péchu le coup du Night of Fire!
Je suis un pote de prépa à Benoit, et chez nous aussi à l'x c'est la mode la Hinoi Team et Koriki.

Vivement cet été j'y pars deux mois, j'espère qu'il restera des dvd de la Hinoi team.