Revenir à l'accueil ou voir la liste de tous les posts

vendredi 22 août 2008

Mongolie, par Pékin

Quel voyage pour ces vacances d'été ?

Teaser
: cliquer sur la grande photo pour avancer, survoler "Notes" pour avoir l'histoire




Voilà en tout 2 ans que je suis au Japon. Les 18 premiers mois m'ont servi à visiter le pays, Kyushu, Shikoku et son pèlerinage, quelques coins paumés d'Honshu, Hokkaido, Okinawa et même Tottori. Puis je me suis mis à traverser les frontières en commençant par la Corée (bien plus proche qu'Hokkaido), puis Taïwan. Cet été, il était prévu de poursuivre dans l'Asie du Sud-Est entamée par la Thaïlande, mais les circonstances font que je dois partir plus tard dans l'été (les vacances de l'université sont plutôt Août/Septembre), en révisant ma destination.

Il me faut un endroit pas affecté par la saison des pluies, cyclistement intéressante, et assez proche du Japon pour pas me faire avoir par la crise des taxes de pétrole des avions. La météo éliminant les pays du genre Vietnam, l'examen de ma mappemonde m'a redirigé logiquement mais non sans surprise vers la Mongolie, dont le mois de septembre est un des meilleurs pour aller l'explorer.

Le challenge suivant s'impose : Un aller simple Beijing (Pékin) – Oulan-Bator (la capitale mongole) en train, et un retour en vélo.


Après une recherche plus profonde et raisonnée, il s'avère que même si plusieurs gens l'ont fait, le vélo dans le désert de Gobi entre la Mongolie et la Chine est assez risqué (pas d'eau, pas de bike shops, et des fois pas de route) et qu'il sent déjà comme les souvenirs de mes séances de galère en mode Paris-Dakar dans l'ouest thaïlandais, souvenirs qui ne deviennent bons qu'avec le temps. De fait, tout en gardant la Mongolie comme destination, je me prépare un parcours plus commun et touristique.

Afin d'éviter ces taxes d'essences des avions, et pour ajouter au voyage une étape, je pars en ferry de 神戸 Kobe jusqu'en chine, à 天津 Tianjin (2 jours), puis en train jusqu'à 北京 Beijing (à 1h30), puis en Transmongolien (la portion mongole du fameux Transsibérien), dont les wagons m'amènent à la capitale mongole, Oulan-Bator, en 1,5 jours supplémentaires. Ce qui fait 5 jours pour rejoindre ma destination.

Sur le coup, ça me fait bizarre de penser aller à Oulan-Bator, ville que je retiens pour avoir appris les capitales du monde, mais dernier endroit où j'aurais imaginé mettre les pieds.

Le planning me demande plus de préparation que la Thaïlande, où j'avais pris mon ticket à l'arrache avec 2 jours pour réaliser que j'y partais. Car pour la Chine et la Mongolie, il me faut 2 visas, et des réservations pour le ferry et le Transmongolien. On peut aussi faire Beijing – Oulan-Bator par train normal tout pourri, mais le vrai Transmongolien ajoute une touche "Orient Express" au thème "voyage = translation" de mes 5 premiers jours.

Mon visa pour la Mongolie dure 1 mois, donc je reste 1 mois dans ce pays grand comme 3 fois la France, mais avec la plus faible densité de population au monde : 1,7 habitant au km². Puis je reviens à Kyoto par Beijing et le même ferry, pour le 1er octobre. Je tente le record du plus grand nombre de semaines de vacances consécutives volées à une entité de travail japonais, mais avec 1 seul ferry par semaine, ça peut être grave si je le loupe. D'une part le sensei va s'énerver (encore plus), et d'autre part j'arriverais après l'expiration de mon student visa, qui me mettrais en situation ... pas confortable pour expliquer ça avec la bourse.

Après coup je me suis rendu compte que j'aurais pu aussi (avec un 3ème visa russe) sortir par le nord de la Mongolie, prendre le transsibérien jusqu'à Vladivostok, puis un ferry jusqu'à Niigata. Ca aurait fait une boucle.


Donc voici le plan de mes aventures extra-nippones :



CHINE

(à l'aller)

(au retour)


MONGOLIE




Mais pour l'instant, ça part depuis Kobe ...

1 commentaire:

Jerome a dit…

génial! ça promet!